mon-bataclan---vivre-encore-846866-250-400

 

 

          TITRE : MON BATACLAN

      AUTEUR : FRED DEWILDE

     ÉDITEUR : LEMIEUX ÉDITEUR

       SORTIE : 21 OCTOBRE 2016

           PRIX : 15€

 

 

      [ RÉSUMÉ ]

 

Deux mains qui se tiennent du bout des doigts dans la pénombre. 

Baignant dans le sang des autres, Fred et celle qu’il prénomme Élisa. 

Nous sommes le 13 novembre 2015, dans la fosse du Bataclan.

 

Ils étaient venus pour le concert des Eagles of Death Metal, mais l’ambiance bascule soudainement dans une tragédie historique. 

Deux heures durant, leur vie ne tient qu’à un fil. 

Fred s’emploie à réconforter sa jeune voisine blessée à la jambe.

 

Dessiner, témoigner, résister à l’horreur, sortir du Bataclan

 

Le récit de l’après-attentat témoigne de façon bouleversante, mais toujours digne, de sa vie en mille morceaux qu’il lui faut reconstituer comme un puzzle.

 

Durant des mois, Fred a l’impression étouffante d’être encore prisonnier du Bataclan. 

Graphiste professionnel, il reprend peu à peu le crayon et le fil de ses idées. 

Il raconte ses amis rescapés, les réactions de sa famille, l’indicible, ses phobies et ses sentiments intimes de survivant, ses relations avec la police, la justice et sa psy, le jour où il a été reconnu victime, son retour difficile au travail, son enfance en banlieue sensible et le mouvement salafiste, sa tolérance, ses convictions politiques et ses passions rock.

 

Fred Dewilde avec son envie de dessiner, de témoigner et de faire récit, démontre aussi que l’on peut résister à l’horreur, et sortir définitivement du Bataclan.

 

 

     [ AVIS ]

 

Mon Bataclan n'est ni un roman ni une bd. Il s'agit plutôt d'un album. 

Un album qui en seulement 15 planches et quelques illustrations vous bouleversent et vous touchent .

 

Ce livre se compose de deux parties. 

La première est graphique, 15 planches racontant une soirée qui commence de façon plutôt banale pour un amateur de rock. 

Une petite bière au bar en attendant le début du concert d'un groupe qui nous électrise. 

Puis le concert commence, la foule s'amuse, chante et danse et là un bruit retentit.

Ça ressemble aux bruits de pétards mais en fait de pétards ce sont des balles qui fusent. 

L'horreur commence. 

 

L'auteur ,Fred Dewilde, nous raconte ce qu'il a vécu dans la fosse ce soir du 13 novembre 2015. 

La peur , le choc des événements, l'indicible et surtout l'envie féroce de survivre quitte à faire le mort,allongé dans le sang d'un autre.

 

Les dessins de Fred Dewilde sont forts, puissants tout en ne montrant pas la violence de manière directe.

Ici, point de sang, de déluge de macabre.

L'auteur se focalise sur lui et Élisa, une jeune femme blessée, qui s'est retrouvée allongée près de lui. 

Ensemble, ils se donnent l an force et le courage de tenir.

 

J'ai beaucoup aimé la pudeur dont a fait preuve Fred Dewilde. Ses dessins ne sont ni voyeurs ni impudiques, ils témoignent juste des faits et de son ressenti. 

 

La deuxième partie nommée Vivre encore, raconte l'après Bataclan. 

Fred Dewilde nous raconte sa difficile reconstruction. 

Bien qu'il n'est pas été blessé physiquement, il est traumatisé par ce qu'il s'est passé. 

Une partie de ses souvenirs de la soirée ont disparus, son cerveau a occulté certains événements macabres. Mais malgré cela il a des réminiscences qui surviennent parfois à l'écoute d'un bruit. 

 

Malgré ce qu'il a vécu, à aucun moment l'auteur ne s'apitoie sur lui même. 

Il a envie d'aller de l'avant et petit à petit il retrouve ses repères même si certains événements dramatiques (comme l'attentat de Bruxelles) viennent raviver ses plaies. 

 

Ce livre fait partie de ceux qui ne laissent pas indifférent. 

C'est une décharge émotionnelle. On a tous été marqués par ce qu'il s'est passé le 13 novembre 2015 et ce livre a une répercussion particulière à l'approche de l'anniversaire de cette soirée tragique.

 

Je suis particulièrement émue quand je lis ce genre de livre car étant une fan de musique, j'aurai très bien pu me trouver dans cette salle. Certains de mes groupes fétiches se sont produits dans cette salle , le destin a fait que ce soir là aucun de mes amis ne s'y trouvait heureusement. Mais des amis ont eux perdus des personnes chères à leur coeur dans cette salle de concert.

 

Presque un an après, l'incompréhension est toujours là. Pourquoi s'attaquer à des gens innocents qui s'amusent. 

On ne peut pas comprendre ce qu'il se passe dans la tête de ces hommes ,ces barbares qui ont brisés de nombreuses vies. Ils n'ont aucune pitié, ils sont déjà morts à l'intérieur. L'auteur à d'ailleurs choisi de les représenter sous 

la forme de squelettes. 

Ils n'ont pas de visages car ils n'ont plus d'humanité. 

 

Derrière le côté dramatique de ce livre, on ressent surtout l'envie de vivre de Fred Dewilde. 

Son retour à une vie normale est long mais l'on sent en lui la force de continuer.