received_1910404105892079

 

 

 

 

 

             TITRE : LE JOURNAL DE CÉLESTE

      AUTEURE : KATIA CAJUS

        ÉDITEUR : REBELLE ÉDITIONS

          SORTIE : 20 SEPTEMBRE 2016

              PRIX : 18€

 

 

 

 

 

          [ RÉSUMÉ ]

Un mari, des enfants, un métier prenant, des ennuis fréquents, Céleste ne sait plus qui elle est et ce qu’elle fait dans cette vie de femme surbookée. Au fil des pages de son journal, elle va prendre conscience que la vie n’est pas un long fleuve tranquille et que tout peut basculer. Au sommet d’un conflit familial, elle suivra les voies impénétrables du destin et oser l’aventure, sous toutes ses formes. N’avez-vous jamais aspiré à changer de vie ?

 

 

 

 

        [ AVIS ]

Oser croire en ses rêves.

 

Céleste est mariée et mère de famille.

Elle confie à son journal intime son quotidien, ses joies , ses peines ,

sa vie de famille et sa vie de professeur des écoles.

À travers son journal on la découvre petit à petit.

Et l'on risque d'être surpris par son évolution.

 

Au départ de ce roman j'ai eu un peu de mal à m'attacher à Céleste.

La vie qu'elle nous raconte au début du livre ne me passionnait pas vraiment,

je la trouvais trop plan-plan .

Mais petit à petit, à mesure que les pages défilaient j'ai commencé à mieux comprendre Céleste ,

à m'attacher à elle et plus j'avançais dans le roman et plus son destin me passionnait.

 

Je pense que le fait que la vie de Céleste me semblait si peu passionnante

au départ est un fait exprès de l'auteure.

Elle a voulu nous montrer que Céleste avait besoin d'un électrochoc pour changer de vie

et réaliser enfin ses rêves.

 

Car c'est de rêves que parle ce roman.

Du fait qu'il n'est jamais trop tard pour faire ce que l'on aime et tenter de réaliser ses rêves .

Il vaut mieux prendre des risques et tenter ainsi d'être enfin celui ou celle

que l'on aimerait être plutôt que de se complaire dans une vie morne et sans saveur,

vie qui ne nous apporte plus rien d'intéressant à vivre justement.

 

Et c'est ce que Céleste va faire. Elle va enfin se réaliser grâce à sa passion .

Elle va vivre un évènement ( que je tairais ici ) et qui va la pousser à faire fi de ses peurs

et à tenter le tout pour le tout.

 

Comme le dit si bien Oscar Wilde :

'' Il faut toujours viser la lune , car même en cas d'échec on atterrit dans les étoiles.''

 

Mais ce n'est pas parce qu'elle va enfin prendre du temps pour elle

et ses envies que tout va s'améliorer d'un coup.

Non , la vie est ainsi faite qu'elle n'est jamais toute rose.

La vie est parsemé de joies mais aussi de peines et de souffrances.

 

Céleste va vivre des moments très durs mais grâce à ses proches

elle va réussir à surmonter les épreuves que la vie va mettre sur son chemin

et elle va continuer à avancer malgré tout .

La vie va la mener là où elle n'aurait jamais cru aller.

 

Le destin de Céleste est très étonnant , en commençant ce livre l'on ne peut pas

se douter du parcours qui va être le sien.

On va de surprises en surprises.

Et moi qui au départ avait eu du mal à rentrer dans l'histoire je me suis surprise

à suivre avec avidité la suite de l'histoire de cette femme.

 

J'ai passé un bon moment en compagnie de Céleste .

Elle nous prouve qu'il est important de croire en ses rêves car l'on ne sait jamais

jusqu'où ils pourront nous emmener.

Peut être qu'ils ne se réaliseront pas mais au moins l'on aura essayé.

Ou peut être que ses rêves nous ouvrirons les portes d'un nouvel avenir.

 

Une histoire de vie où certes le chemin n'est pas forcément toujours facile

mais où malgré tout l'espoir domine.

 

Pour en savoir plus sur ce livre c'est par ici :

Le journal de Céleste

"Je m'appelle Céleste, petite enseignante venue d'Aquitaine, installée dans le Cantal depuis 15 ans. Le journal que vous tenez entre vos mains raconte une partie de ma vie toujours partagée entre mon métier, ma famille et mes amies." Illustration : Karen M.

http://www.rebelleediti.odns.fr

 

received_1910404102558746

 

 

Je remercie Katia Cajus et Rebelle Éditions pour ce service presse.