received_1922329958032827

 

 

 

 

 

 

              TITRE : 17 AOÛT 1944, IL EST GRAND TEMPS DE FAIRE SES PAQUETS

       AUTEURE : THÉRÈSE H.

         ÉDITEUR : ÉDITIONS PIERRE DE TAILLAC

           SORTIE : 24 AVRIL 2015

                PRIX : 16€90

 

 

 

 

 

           [ RÉSUMÉ ]

Août 1944, Thérèse, 17 ans, quitte Paris avec ses parents. Son père, écrivain proche des milieux de la collaboration intellectuelle, choisit de partir dans les fourgons de l’armée allemande.

Outre-Rhin, elle devient secrétaire du romancier Alphonse de Châteaubriant et mène la vie pleine de rebondissements et de système D des émigrés français, croisant les personnalités déchues de la collaboration. Elle observe, avec l’ironie de ses 17 ans, cette microsociété qui fait comme si l’Allemagne pouvait encore gagner la guerre. Mais le IIIe Reich, assailli de toutes parts, s’écroule. La confusion règne et l’adolescente doit mener une vie de nomade pour survivre. Après mille péripéties qu’elle raconte ici, Thérèse réussit enfin à regagner la France. Mais elle restera marquée toute sa vie par ces mois chaotiques.

Un témoignage inédit sur un aspect peu connu de la Seconde Guerre mondiale : la vie des émigrés français en Allemagne dans les derniers mois de la guerre.

 

 

 

 

 

        [ AVIS ]

Un point de vue différent.

 

Thérèse est une jeune fille de 17 ans qui pourrait être comme toutes les autres,

à ceci près que son père fait partie de ceux ayant d'une manière

ou l'autre collaboré avec l'Allemagne.

Nous sommes en août 1944 et elle part donc sur les routes pour fuir les représailles des alliés.

Elle va être le témoin privilégié de la fuite de ceux qui,

par idéologie ou lâcheté ont collaboré avec l'ennemi.

 

Ceux qui me connaissent savent que je suis plutôt férue d'histoire

et notamment de tout ce qui entoure la seconde guerre mondiale,

j'ai d'ailleurs lu beaucoup de livres sur ce sujet

mais principalement du point de vue de ceux qui ont été victimes de la barbarie nazie.

Je trouvais donc intéressant de découvrir le parcours de ceux qui ont collaboré ,

pour peut être comprendre les raisons de leurs choix.

 

Thérèse H. nous raconte donc son quotidien d'exilée outre-Rhin.

Elle , ainsi que ceux qui l'accompagnent vont être amenés à fuir plusieurs fois.

Eux, qui pour certains menaient grand train ,

vont devoir mettre de côte ce qu'était leur vie d'avant

même si certains ont bien du mal à le comprendre.

On pourrait se dire qu'ils vivraient dans la peur mais ce qui au départ domine chez eux

c'est plutôt la confiance dans la victoire de Hitler.

Ils gardent malgré tout confiance en lui même si petit à petit l'on sent des failles apparaître.

 

En les voyant à travers le témoignage de Thérèse ,

on apprend à mieux connaître ces fameux collabos,

ceux qui ont choisis Hitler et son idéologie nazie.

Et ce que l'on comprend assez rapidement c'est qu'ils ne sont pas tous là pour les mêmes raisons,

certains sont bien des adorateurs de l'idéologie nazie tandis que d'autres

n'ont semblent-ils pas vraiment saisi ce qu'est vraiment cette idéologie .

Et je ne parle pas de ceux qui ont agis par lâcheté, craignant trop de perdre leur petit confort .

 

Grâce à Thérèse , on voit l'humain avant tout. On les voit tels qui sont , avec leurs faiblesses,

leurs espoirs et leurs craintes.

 

En fuyant ils vont être amenés à découvrir ce qu'est une vie de fuite.

Au départ tout se passe plutôt bien pour eux mais cela va se gâter

à mesure qu'ils vont perdre leurs petits avantages.

 

Et j'ai apprécié cette partie car elle est assez révélatrice des comportements humains.

On voit comment les mentalités évoluent à mesure qu'ils sentent que leur monde vacille.

On sent des failles apparaître chez eux.

 

Thérèse ne cherche pas à justifier les choix de ceux qui l'entourent ,

elle ne les jugent pas non plus. En fait elle ne se prononce pas vraiment,

on ne sait pas toujours ce qu'elle pense .

Elle nous raconte juste ce qu'elle a vécue. J'ai d'ailleurs eu du mal à vraiment m'intéresser à elle

car je trouve qu'elle se dévoile assez peu malgré tout.

Sauf à la fin, lorsqu'elle nous décrit son retour en France et ce qu'elle a dû subir

pour revenir chez elle , entre sévices et humiliations.

 

Ce qu'elle nous dévoile à la fin va sans doute remettre en cause ce que certains pensaient

sur le comportement des "alliés" , certains ayant profités de leur statut de vainqueur.

On oublie trop souvent que certains ont eu un comportement plus que déplorable

après avoir gagné la guerre. Certaines femmes en ont d'ailleurs malheureusement fait les frais .

La barbarie n'a pas de camp et parfois , certains sont trop vite enclins à perdre leur humanité.

 

Ce livre est intéressant car le témoignage de Thérèse offre au lecteur

une perspective différente sur notre Histoire. 

Je trouve ce genre de livres important car il nous rappelle qu'il peut y avoir de l'humanité

ou de la cruauté chez n'importe qui.

Et que parfois il suffit de peu pour se retrouver du mauvais côté de la barrière.

 

Un témoignage fort.

 

Pour en savoir plus sur ce livre c'est par ici :

17 août 1944, il est grand temps de faire ses paquets... | Editions Pierre de Taillac

Août 1944, Thérèse, 17 ans, quitte Paris avec ses parents. Son père, écrivain proche des milieux de la collaboration ...

http://www.editionspierredetaillac.com

 

 

received_1922329961366160

 

 

Je remercie les Éditions Pierre de Taillac pour leur confiance.