IMG_20181015_202824_364

 

 

 

 

 

        TITRE : LA MAISON DES PENDUS

    AUTEUR : JEAN-PAUL NOZIÈRE

   ÉDITEUR : FRENCH PULP ÉDITIONS

     SORTIE : 13 SEPTEMBRE 2018

          PRIX : 18€

 

 

 

 

 

 

           [ RÉSUMÉ ]


Victor, chef-jardinier dans un golf, est trouvé assassiné dans une cabane de chasse. Son chien Dakar, prunelle de ses yeux, est tout aussi mort que lui. La rumeur dit que Victor est riche, très riche. Preuve en est la superbe propriété qu'il possède, étrange, pour un jardinier... avec dessus, ce que tout le monde nomme la "maison des pendus". Cinq employés travaillent au golf, dont Marcus, un moine défroqué. Lucie, une superbe femme, tient l'accueil du golf. Elle ne pense qu'à repérer le prince charmant, surtout s'il est riche. Victor Senga, dit Tété, est noir. Et riche. Et mort. 
C'est beaucoup pour cette vallée bourguignonne au fond de laquelle se niche le golf du Val des Sources. 

 

 

 

 

 

         [ AVIS ]

Un redoutable attrait.

 

Alors qu'il chasse en compagnie de son chien Tonio découvre le corps de son chef, Victor Senga, dans une cabane de chasse. Même si tout pourrait laisser penser qu'il se soir suicider certains éléments viennent contredire cela.
Alors où se trouve la vérité?

 

Ce qui m'a tout d'abord intriguée dans ce livre c'est son titre "La maison des pendus". Cela m'a tout de suite évoqué un triste fait divers dont j'avais lu l'histoire quelques temps plus tôt. Cela a retenu mon attention et m'a poussé à me pencher sur le résumé de ce livre.

 

On découvre donc Victor Senga , que tout le monde surnomme Tété. Il travaille pour un Golf Club et a plusieurs employés sous ses ordres ( dont Tonio , qui découvrira son corps au début du roman ). On ne sait pas grand chose de lui , c'est un homme plutôt mystérieux. Il préfère mentir sur son passé et cacher certains éléments de sa vie. Il est plutôt intriguant.
Les autres employés du golf ne le portent pas forcément dans leur coeur , pour certains il est difficile d'accepter d'être dirigé par un homme noir , un homme qui de plus semble mener un train de vie qui laisse supposer de fortes rentrées d'argent.

 

Lorsque Victor est retrouvé mort , des interrogations surviennent. Que s'est-il réellement passé ? Que cachait Victor ? D'où venait cet argent qui attirait tant de convoitises.
Jean-Paul Nozière va se charger de revenir au commencement de tout cela pour nous offrir quelques pistes de réflexions.

 

Avec ce livre nous ne sommes pas dans un thriller haletant avec des rebondissements à chaque page . Nan. Ici nous sommes dans un roman noir, un roman aux personnages ciselés, complexes. Un roman qui fait la part belle à la psychologie et à la complexité de l'âme humaine.

 

Les personnages de ce roman ne sont pas des héros, ne sont pas forcément des gens avec qui l'on aimerait passer du temps.
On peut difficilement s'y attacher tant ils sont porteurs de vils ressentiments.

 

Victor étant le chef des autres employés et étant noir , il est victime du courroux des autres . Le racisme et la haine de la différence
n'étant jamais très loin. De plus le fait qu'il ait semble t-il de l'argent attise ces sentiments malsains.

 

Tout au long du roman Jean-Paul Nozière nous entraîne avec lui dans cette histoire où tout le monde peut être suspect.
En nous faisant abord découvrir ce qu'il s'est passé avant la mort de Victor puis ce qu'il s'est passé après, il plante le décor d'une histoire où les apparences sont parfois trompeuses et où la haine ordinaire peut conduire à la mort.

 

L'atmosphère est lourde, pesante de suspicion et pourtant on ne peut s'empêcher de sourire par moments grâce à une pointe d'humour noir bienvenue et salutaire.
Lors de notre lecture on doute de tout, de tout le monde , on cherche à gratter sous la surface mais même ainsi la vérité se dérobe au point de risquer de s'échapper.

 

Dans ce roman , certains comportements humains sont mis à nus, l'occasion pour l'auteur de faire réfléchir le lecteur sur son rapport à l'autre ( quel qu'il soit ).

 

Un roman surprenant, plutôt addictif , qui saura vous faire cogiter jusqu'à la dernière seconde.

 

 

 

 

Pour en savoir plus c'est par ici :

La Maison des pendus - French Pulp éditions

Tonio qui partait braconner avec son chien autour du golf dans lequel il est jardinier, ne s'attendait pas à trouver le cadavre de Victor Sanga. Son chef s'est suicidé, en tuant par la même occasion Dakar, son chien. Qui était Victor, celui qu'ils appelaient le " nègre " ?

https://frenchpulpeditions.fr

 

 

 

Ou par là :

La Maison des pendus

Noté 0.0/5. Retrouvez La Maison des pendus et des millions de livres en stock sur Amazon.fr. Achetez neuf ou d'occasion

https://www.amazon.fr

 

 

 

 

41BTu-mo9gL

 

 

Je remercie les Éditions French Pulp pour leur confiance.